disgrâce


disgrâce

disgrâce [ disgras ] n. f.
• 1539; it. disgrazia grâce
1Vieilli Perte des bonnes grâces, de la faveur (d'une personne dont on dépend). défaveur. « Lorsque tout tremble devant le tyran, et qu'il est aussi dangereux d'encourir sa faveur que de mériter sa disgrâce » (Chateaubriand). Mod. État d'une personne qui a encouru une disgrâce. chute, déchéance, destitution. La disgrâce de Fouquet. Être en disgrâce auprès de qqn ( disgracié) .
2Vx Événement malheureux. infortune, malheur. Pour comble de disgrâce. détresse, misère.
3Littér. Manque de grâce. laideur, inharmonie; disgracieux. « Cette architecture anguleuse et décolorée dont m'apparaissait pour la première fois la disgrâce rébarbative » (A. Gide).
⊗ CONTR. Faveur, grâce. Beauté, grâce.

disgrâce nom féminin (italien disgrazia, de grazia, grâce) Littéraire. Perte de la faveur dont on jouissait auprès d'un protecteur : Encourir la disgrâce du roi. Littéraire. Perte de l'estime, du crédit dont quelqu'un ou quelque chose jouissait auprès de quelqu'un, d'un public : Tomber en disgrâce. Défaut de grâce, de charme ; gaucherie, lourdeur, rudesse : Disgrâce physique.disgrâce (citations) nom féminin (italien disgrazia, de grazia, grâce) Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz Montmirail 1613-Paris 1679 Il y a des temps où la disgrâce est une manière de feu qui purifie toutes les mauvaises qualités et qui illumine toutes les bonnes ; il y a des temps où il ne sied pas bien à un honnête homme d'être disgracié. Mémoiresdisgrâce (difficultés) nom féminin (italien disgrazia, de grazia, grâce) Orthographe Avec un accent circonflexe, à la différence de l'adjectif disgracieux, euse et du verbe disgracier. ● disgrâce (synonymes) nom féminin (italien disgrazia, de grazia, grâce) Littéraire. Perte de l'estime, du crédit dont quelqu'un ou quelque chose jouissait...
Synonymes :
- décri (vieux)
- défaveur
- discrédit
Contraires :
- crédit
- grâce
Défaut de grâce, de charme ; gaucherie, lourdeur, rudesse
Synonymes :
- difformité
- infirmité
Contraires :
- beauté

disgrâce
n. f.
d1./d Perte, privation des bonnes grâces dont on jouissait. Tomber en disgrâce.
d2./d Défaut de grâce.

⇒DISGRÂCE, subst. fém.
A.— [Avec l'idée d'événement ou de situation défavorable.]
1. [Souvent avec un compl. prép. indiquant la personne affectée par la disgrâce]
a) Perte des faveurs, des bonnes grâces dont on bénéficiait; p. méton. état d'une personne privée des faveurs dont elle jouissait. Il fut enveloppé dans la disgrâce de son protecteur (Ac.). J'étois en disgrâce sous le roi, comme je l'étois sous Buonaparte (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 1, 1797, p. XIX). Des disgrâces que j'ai dû prononcer dans l'intérêt du pays (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 402) :
1. Cette disgrâce, infligée soudain par la nation britannique au grand homme qui l'avait glorieusement menée jusqu'au salut et à la victoire, pouvait paraître surprenante.
DE GAULLE. Mémoires de guerre, 1959, p. 203.
SYNT. Être, tomber en disgrâce; mettre qqn en disgrâce, prononcer la disgrâce de qqn; la disgrâce de Fouquet.
P. métaph. :
2. ... s'il faut en croire un proverbe d'Espagne, lorsque dans la jeunesse on a rencontré la beauté, elle vous laisse de quoi vous défendre du temps : la disgrâce des années tardives a moins de prise sur vous.
CHATEAUBRIAND, Congrès de Vérone, t. 1, 1838, p. 409.
Rare. [Le compl. prép. indique l'être qui est à l'origine de la disgrâce] Disgrâce de Dieu. S'attirer, encourir la disgrâce de qqn. M. le duc de Nîmes, pervers par vocation, vertueux par disgrâce de Dieu (PÉLADAN, Vice supr., 1884, p. 171).
b) P. ext. [La perte affecte une chose] Perte de considération ou d'intérêt, discrédit. L'Opera buffa, proprement dit, n'a point partagé la disgrâce de l'opéra sérieux (JOUY, Hermite, t. 4, 1813, p. 367).
2. P. anal., littér. [Le plus souvent sans compl. prép.] Malheur, revers de fortune. Pour comble de disgrâce. Le mécontentement de Louis XIV fut des plus vifs en apprenant les disgrâces de son armée d'Italie (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 8, 1863-69, p. 478). La jeunesse est le plus grand des biens, la vieillesse la pire des disgrâces (COURTELINE, Boubouroche, 1893, p. 139).
Spéc., rare. Désavantage, désagrément :
3. C'est une des plus incompréhensibles disgrâces de l'homme, qu'il doive confier ce qu'il a de plus précieux à quelque chose d'aussi instable, d'aussi plastique, hélas, que le mot.
BERNANOS, Journal d'un curé de campagne, 1936, p. 1061.
B.— [Avec l'idée d'apparence causant une impression défavorable]
1. [En parlant d'une pers.] Manque de grâce, de charme dans l'aspect, l'attitude ou l'esprit d'une personne. Disgrâce physique. Une seule disgrâce manquait à ce jésuite, il n'était pas sale mais au contraire fort soigné et fort propre (STENDHAL, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 96) :
4. Je regardais Saint-Loup, et je me disais que c'est une jolie chose quand il n'y a pas de disgrâce physique pour servir de vestibule aux grâces intérieures, ...
PROUST, Le Côté de Guermantes, 1921, p. 409.
Rare. [Avec un compl. prép. + inf.] Il n'y a pas de raison, parce qu'on a la sottise ou la disgrâce d'être triste, pour vouloir que tous le soient (ROLLAND, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 342).
2. [En parlant d'une chose en relation avec des pers.] Absence de grâce, d'attrait dans une chose. Fort-Lamy. Sa laideur. Sa disgrâce (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 824).
Prononc. et Orth. :[]. Enq. :/, (D)/. Écrit sans accent ds Ac. 1694-1762. Cf. aussi ds FÉR. 1768, LAND. 1834 et GATTEL 1841. Mais FÉR. Crit. t. 1 1787 corrige : ,,Il convient de mettre un accent circonflexe sur l'a parce qu'il est long``. L'accent est présent ds Ac. à partir de 1798 jusqu'en 1932. Comparer avec grâceAc. met l'accent même dans les 1res éditions. Étymol. et Hist. 1. 1553 disgrace « malheur » (O. DE MAGNY, Les Amours, p. 43 ds IGLF); 2. 1564 « défaveur » (THIERRY). Empr. à l'ital. disgrazia, attesté dans les 2 sens dep. 1re moitié XIVe s. (sens 1 dep. Francesco da Barberino, sens 2 dep. G. Villani ds BATT.), dér. de grazia (grâce). A supplanté la forme desgrace « id. », attestée uniquement au XVIe s. (v. HUG.; dep. av. 1536, Bertaut de la Grise, trad. de GUEVARA, L'Orloge des princes) et empr. à l'esp. desgracia (dep. 1495, Nebrija ds COR., s.v. grado II). Fréq. abs. littér. :526. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 921, b) 500, XXe s. : a) 593, b) 825. Bbg. HOPE 1971, p. 186.

disgrâce [dizgʀɑs] n. f.
ÉTYM. 1539; ital. disgrazia, de dis-, et grazia, du lat. gracia. → Grâce.
1 Perte des bonnes grâces, de la faveur d'une personne dont on dépend. Défaveur (cit. 2). || Encourir, s'attirer la disgrâce d'un protecteur. || Être, tomber en disgrâce. Disgracié.Relig. Absence de la grâce (divine). → cit. 1.
1 (…) tous les hommes sont corrompus et dans la disgrâce de Dieu (…)
Pascal, Pensées, IX, 619.
2 Un Persan qui (…) s'est attiré la disgrâce du prince, est sûr de mourir (…)
Montesquieu, Lettres persanes, CIII.
3 Au lieu de soulager mes maux, je n'ai fait que les augmenter en m'exposant à votre disgrâce, et je sens que le pire de tous est de vous déplaire.
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, Lettre II.
4 (…) lorsque tout tremble devant le tyran, et qu'il est aussi dangereux d'encourir sa faveur que de mériter sa disgrâce (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. II, p. 329 (→ Abjection, cit. 1).
2 État de celui qui a encouru la disgrâce. || La disgrâce de (qqn). Chute, déchéance, destitution. || La disgrâce de Fouquet. || La disgrâce du ministre a entraîné celle de ses protégés. || Suivre un ami dans sa disgrâce.
5 Voilà ce que c'est que du monde ! la moindre disgrâce nous fait mépriser de ceux qui nous chérissaient.
Molière, les Précieuses ridicules, 16.
6 Brody-Larondet comprit alors. Il n'était pas homme à mentir, mais il entrevit sa disgrâce.
Giraudoux, Bella, IV, p. 101.
3 Vx. (Une, des disgrâces). Événement malheureux. Infortune, malheur, revers (de fortune). || Il a essuyé de nombreuses disgrâces au cours de sa vie. Orage. || Une cruelle disgrâce. || Pour comble de disgrâce… Détresse, misère. || C'est le comble des disgrâces ! Adversité.Vx (en interj.). Malheur !
7 Ah, malheur ! Ah, disgrâce !
Molière, l'Amour médecin, I, 6.
8 La mort n'est point pour moi le comble des disgrâces (…)
Racine, Bajazet, II, 3.
9 Les hommes semblent être nés pour l'infortune (…) et comme toute disgrâce peut leur arriver, ils devraient être préparés à toute disgrâce.
La Bruyère, les Caractères, XI, 23.
4 Littér. Manque de grâce. Disgracieux; laideur. || Disgrâce de nature. Difformité, infirmité.
10 (…) nos plus ardents révolutionnaires puisèrent leur haine de la société dans des disgrâces de nature ou dans des infériorités sociales.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. IV, p. 188.
11 (…) l'esprit même de cette architecture anguleuse et décolorée dont m'apparaissaient pour la première fois la disgrâce rébarbative, l'intransigeance et la parcimonie.
Gide, les Faux-monnayeurs, I, XII, p. 127.
CONTR. Faveur, grâce (bonnes grâces); avantage, bonheur. — Beauté, charme, grâce.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • disgrace — n Disgrace, dishonor, disrepute, shame, infamy, ignominy, opprobrium, obloquy, odium mean the state, condition, character, or less often the cause of suffering disesteem and of enduring reproach or severe censure. Disgrace may imply no more than… …   New Dictionary of Synonyms

  • disgrâce — DISGRÂCE. s. f. Perte, privation des bonnes grâces d une personne puissante. On ne sait d où vient sa disgrâce, la cause, le sujet de sa disgrâce. Tomber en disgrâce. Encourir la disgrâce du Prin ce. Durant sa disgrâce. f♛/b] Il signifie aussi,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • disgrace — Disgrace. s. f. Défaveur, perte, privation des bonnes graces d une personne puissante. On ne sçait d où vient sa disgrace. la cause, le sujet de sa disgrace. estre en disgrace. tomber en disgrace. encourir la disgrace du Prince. durant sa… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Disgrace — Disgrâce (roman) Disgrâce Auteur John Maxwell Coetzee Genre Roman Version originale Titre original Disgrace Éditeur original Secker Warburg Langue originale Anglai …   Wikipédia en Français

  • Disgrâce — (roman) Disgrâce Auteur John Maxwell Coetzee Genre Roman Version originale Titre original Disgrace Éditeur original Secker Warburg Langue originale Anglai …   Wikipédia en Français

  • Disgrace — Dis*grace , v. t. [imp. & p. p. {Disgraced}; p. pr. & vb. n. {Disgracing}.] [Cf. F. disgracier. See {Disgrace}, n.] 1. To put out of favor; to dismiss with dishonor. [1913 Webster] Flatterers of the disgraced minister. Macaulay. [1913 Webster]… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Disgrace — Dis*grace (?; 277), n. [F. disgr[^a]ce; pref. dis (L. dis ) + gr[^a]ce. See {Grace}.] 1. The condition of being out of favor; loss of favor, regard, or respect. [1913 Webster] Macduff lives in disgrace. Shak. [1913 Webster] 2. The state of being… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Disgrace — may refer to: Disgrace (novel), a Booker Prize winning novel by J. M. Coetzee Disgrace (film), a 2008 film adaption of the novel This disambiguation page lists articles associated with the same title. If an …   Wikipedia

  • disgrace — Disgrace, f. penac. Est de prononciation Italienne. Le François devroit dire Desgrace, tout ainsi qu il dit Desfaveur, Deshonneur, Destruire, et tels autres que l Italien escrit et prononce Disfavore, Dishonore, Distruggere, Et l Espagnol… …   Thresor de la langue françoyse

  • disgrace — [dis grās′] n. [Fr disgrâce < It disgrazia < dis (L dis ), not + grazia, favor < L gratia: see GRACE] 1. the state of being in disfavor, as because of bad conduct 2. loss of favor or respect; public dishonor; ignominy; disrepute; shame 3 …   English World dictionary